fbpx

Google

Donald Trump sème la panique chez Huawei

La tension monte entre la Chine et les Etats-Unis.Les deux nations sont engagées dans une guerre économique d’envergure, toutes les deux cherchent à être leadership mondial et Donald Trump ne compte pas lésiner sur les moyens pour y parvenir. En effet, le président des Etats-Unis d’Amérique n’a pas hésité à placer le géant Huawei, 2e constructeur mondial de smartphones derrière Samsung,  sur une liste noire avec laquelle les entreprises américaines n’ont plus de droit de partager leurs technologies. La première conséquence de cette décision a été la rupture commerciale entre Google, qui prive Huawei de sa licence Android, portant un coup dur au fabricant de smartphone.Google n’a pas encore livré de détails sur comment cette suspension d’Android va se profiler. Cependant, Il semble que les smartphones Huawei ne disposeront pas des prochaines mises à jour de la firme de Mountain View, et notamment d’Android Q. For Huawei users' questions regarding our steps to comply w/ the recent US government actions: We assure you while we are complying with all US gov't requirements, services like Google Play & security from Google Play Protect will keep functioning on your existing Huawei device.— Android (@Android) May 20, 2019 Toutefois, Google Indique sur son tweet que les smartphones Huawei continueront de bénéficier du catalogue d’applications de Google et des mises à jour de celles-ci. Néanmoins, les services de Google seront inaccessibles sur les prochains smartphones de la marque, comprenant le Google Play Store, mais également Gmail, Google Maps, ou encore YouTube. Après Google, les fabriquants des semi-conducteurs : Intel, Qualcomm, Broadcom mais aussi Micron Technology et Western Digital ne fourniront plus de pièces pour le constructeur chinois. Cependant, certaines sources assurent que Huawei aurait fait des réserves qui lui permettraient d’assurer trois mois de production.Si l’interdiction persiste, il est possible que Huawei se décide à développer un Android propre à elle et donc remplacer l’Android de Google par l’Android de Huawei.

Gmail permet enfin de programmer l’envoi d’un email

Pour fêter ses 15 ans. Google ajoute de nouvelles fonctionnalités à sa messagerie Gmail. Planifier l’envoi des messages Lancée en 2004, Gmail n’offrait malheureusement pas cette option à ses utilisateurs. En effet, planifier l’envoi des messages ne pouvait se faire que grâce à des extensions ou applications tierces.Avec une flèche à côté du bouton « Envoyer » dans la fenêtre de rédaction, cette fonctionnalité va permettre de programmer la date et l’heure de l’envoi d’un e-mail, aussi bien sur desktop que sur mobile. Amélioration de l’écriture intelligente de Gmail Lancée en mai 2018, la fonctionnalité Smart Compose se déclenche automatiquement à l’écriture d’un message et suggère de compléter en temps réel les e-mails.À travers cette mise à jour, Google affirme avoir intégré la Smart Compose à son application mobile. Ainsi, des suggestions adaptées au style de l’utilisateur, se basant sur sa façon d’écrire et sur son historique de messagerie seront proposées.La fonctionnalité Smart Compose intégrera également quatre nouvelles langues : Espagnol, Français, Italien et Portugais.

Google dévoile Stadia, sa plateforme de jeux vidéo en streaming

Lors d’une conférence ouverte par le PDG de Google, Sundar Pichai puis Phil Harrisson, Stadia a été présenté en détail.Stadia permet de jouer à n’importe quel jeu vidéo depuis un écran connecté à Internet, et ce sans besoin d’acheter une machine dédiée. En effet, Stadia permettra de jouer sur n’importe quel appareil, qu’il s’agisse d’un smartphone, d’un ordinateur, d’une tablette ou même d’une télé connectée. Cependant, malgré sa présentation retentissante durant la Game Developers Conference, le service de cloud gaming signé Google, suscite encore beaucoup d’interrogations chez les joueurs. Nous ne savons malheureusement pas encore les titres disponibles au lancement ni le tarif de ces jeux et/ou des abonnements. Néanmoins, via une interview réalisée par le site Kotaku avec Phil Harrison, nous savons qu’il vous faudra une connexion supérieure à 25 mégabits par seconde pour jouer de façon optimale.Le lancement de Stadia se fera en fin d’année.

États-Unis : une sénatrice veut démanteler Facebook, Google, Amazon et Apple

Elizabeth Warren, sénatrice du Massachusetts et candidate à l’investiture pour la présidentielle de 2020 juge que les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) ont « trop de pouvoir sur notre économie » ou du moins sur l’économie américaine. Pour lutter contre ces entreprises, Elizabeth Warren veut mettre en œuvre ce qu’elle appelle la « neutralité des plates-formes ».  Cela consiste à interdire à Amazon, Google, Facebook ou Apple de vendre leurs propres produits sur leurs interfaces. What I’m proposing is in line with our country’s history of antitrust laws—and it’s a big part of what has allowed our economy to grow and new companies to thrive. You can read more about how our plan is going to work here: https://t.co/2rWT0wJ8vD— Elizabeth Warren (@ewarren) March 8, 2019 La candidate propose également d’adopter la loi « antitrust ». En vigueur aux États-Unis et utilisée en 1998 contre Microsoft, cette loi supprime les « fusions anticoncurrentielles », telles que les rachats de WhatsApp et de Instagram par Facebook ou encore Whole Foods et Twitch par Amazon. Ainsi, l’entreprise serait scindée en autant d’entités indépendantes qu’elle comporte de services distincts.Pour la candidate démocrate, la suppression de ces fusions favoriserait une concurrence saine sur le marché.

Google Maps : dites bonjour à la navigation en réalité augmentée

Google avait annoncé, lors de la conférence Google I/O 2018,  l’amélioration de son outil de navigation et la création d’une interface de réalité augmentée sur Google Maps.Disponible en version beta test auprès de certains utilisateurs, la dernière innovation de Google permet de voir l’environnement à travers l’objectif de la caméra du smartphone directement sur l’écran.Cependant, cette fonctionnalité sera dans un premier temps destinée aux piétons car l’utiliser sur toute la longueur d’un trajet serait trop dangereux. En effet, Google aurait remarqué que les utilisateurs regardaient trop longtemps l’écran de leur Smartphone. Chose qui peut vraisemblablement entraîner des accidents.  

Google a transféré environ 20 milliards d’euros aux Bermudes

Un récent article de Bloomberg assure que Google a transféré pas moins de 19,9 milliards d’euros vers les Bermudes en 2017.Au même titre qu’Amazon, Facebook ou encore MacDonald’s, Google a toujours eu recours à ce type de manipulation pour réduire sa fiscalité.  Cependant, il est impossible de transférer un montant aussi astronomique sans passer par un montage financier. La technique du « Double sandwich irlandais, néerlandais » Grâce à cette dernière, Google a pu déplacer son argent déposé en Irlande jusqu’au paradis fiscal via sa société-écran fondée en 2014 : Google Netherlands Holdings BV.Ce genre d’action n’est toutefois pas interdit mais demeure la cible de nombreuses critiques. Dans un communiqué, Google se défend en indiquant : « Nous payons toutes les taxes que nous devons et nous conformons aux règles fiscales de tous les pays dans lesquels nous opérons à travers le monde […] Google, comme d’autres sociétés multinationales, s’acquitte de l’essentiel de ses impôts sur les bénéfices dans son pays d’origine et nous avons réglé un taux d’impôt effectif mondial de 26% au cours des 10 dernières années ».Fun fact : Le footballeur Français N’Golo Kanté paye plus d’impôts qu’Amazon et Starbucks… réunis.

Google+ n’est plus.

Google a indiqué, ce Lundi, la fermeture de son réseau social. Le géant du web aura longtemps tenté de développer sa création, mais en vain. Si cette décision n’est pas une surprise en soi, ce qui se cache derrière est effarant.Les résultats du « Project Strobe » :« Au début de cette année 2018, nous avons lancé […] une analyse de fond de l’accès des développeurs tiers aux données des comptes Google et des appareils Android » explique Google. « Ce projet a examiné le fonctionnement de nos contrôles de confidentialité » souligne la firme de Mountain View.Et les résultats sont étonnants ! En effet, des développeurs auraient eu accès en toutes discrétions aux profils des abonnés Google+ afin de « picorer » les données de centaines de milliers d’utilisateurs du réseau social ! Et ce n’est pas tout, Google aurait décidé d’d’étouffer l’affaire et de cacher ceci à ses adeptes. En effet, révéler l’histoire découverte par Google en mars alors que tous les yeux étaient braqués sur Facebook et le scandale Cambridge Analytica aurait généré un vrai raz-de-marée.Cette faille aura sonné la fin de Google+, le réseau social fermera ses portes en août 2019.Est-ce une perte importante pour le monde du web ? Donnez nous votre avis en commentaire ! 

Vous pouvez maintenant visiter les premiers bureaux de Google !

Aujourd’hui est un grand jour ! Google a 20 ans ! Et pour l’occasion, le géant du net nous donne l’opportunité, grâce à Google Street View, de découvrir le garage de Susan Wojcicki, l’actuelle CEO de Youtube. C’est dans ces locaux que l’entreprise fut créée en 1998 ! Le garage de Susan On y voit clairement les PC des cofondateurs Larry Page et Sergueï Brin au sein de ce qu’ils aimaient appeler le « Google Worldwide Headquarters ». Google Worldwide Headquarters Focus on the user Vous pouvez découvrir le lieu où Google a vu le jour en cliquant ici.